AccueilNewlettersContactPlan du siteWebmail

Accueil >Activités

Les activités du projet

 Améliorer l’exploitation artisanale de l’Or de la RDC par la réduction de l‘utilisation de Mercure

PROMINES a signé un contrat avec Artisanal Gold Council, pour la mise en place d’un projet technique relatif à la réduction de l’utilisation du mercure sur les sites d’orpaillage.

Sur demande du Gouvernement congolais désireux de réduire l’utilisation du Mercure dans l’exploitation minière de l’Or, PROMINES, avec l’appui financier de la Banque Mondiale et de la Coopération britannique, vient de signer un contrat de service de Consultant avec la firme canadienne Artisanal Gold Council, pour l’introduction d’une technologie innovante et son expérimentation sur terrain pour la mise en place d’un projet technique relatif à la réduction de l’utilisation du mercure sur les sites d’orpaillage.

En effet, la majorité de producteurs artisanaux d’Or en RDC recourent au mercure dans le processus d’extraction de ce métal, pratique dénoncée par la Convention de Minamata. Cette dernière recommande notamment une production responsable de l’Or, basée sur des méthodes et technologies améliorées ayant un impact environnemental et social atténué sur les sites d’orpaillage.

Dans le cadre du projet de réduction de l’utilisation du mercure dans le processus d’extraction artisanale en RDC, le contrat signé avec la firme Artisanal Gold Council définit notamment:

  • Les spécifications techniques du Module de traitement « sans mercure » dans l’exploitation artisanale de l’Or ;
  • Le Dossier d’appel d’offres y relatif ;
  • Le profil de la Firme qui mettra en place le projet technique visant la réduction de l’utilisation du mercure sur les sites d’orpaillage pilotes, susceptible d’être répliqué à l’échelle nationale ;
  • Les modules de formation incluant les derniers développements importants dans le domaine de l’exploitation de l’Or, comme la Convention de Minamata et le Due diligence de l’OCDE, etc…

Une réunion de démarrage pour lancer la mission du Consultant
C’est dans la grande salle des réunions de PROMINES que s’est tenue la réunion de démarrage de la mission de la firme Artisanal Gold Council, le lundi 05 mai 2014 de 10h00’ à 13h00’.
Cette première réunion de démarrage a réuni des représentants de la Société Civile, de l’Administration des Mines, ainsi que ceux des services rattachés au Ministère des Mines (SAESSCAM, CAMI).
Prenant la parole le premier, Monsieur Charles MBUYI, Responsable de la Passation des marchés au sein de PROMINES, a circonscrit le cadre de la mission du Consultant en insistant sur les points essentiels, à savoir : « produire des termes de référence qui permettront à PROMINES de recruter un Consultant en vue de concevoir un module expérimental pour une extraction responsable de l’Or, sans recourir à l’usage du Mercure ». L’objectif principal est d’aider les exploitants artisanaux à améliorer leur production, tout en préservant l’environnement et surtout, leur propre santé.

Et de préciser que le choix opéré par PROMINES sur AGC a été motivé par sa grande expérience dans l’accompagnement des pays désireux de réduire, voire éliminer l’usage du Mercure dans l’exploitation de l’Or, pour ainsi se conformer aux normes internationales en la matière.
En effet, consacré à l'amélioration de l'environnement et la santé de millions de personnes impliquées dans exploitations aurifères artisanales, et fort de deux décennies de travail avec les mineurs, les gouvernements et l'industrie, AGC jouit  d’une connaissance de terrain approfondie. Il  est basé au Canada avec des projets et des liens dans plus de 25 pays sur 3 continents.
 

   

Prenant la parole à son tour, le Professeur KEVIN TELMER, Directeur Exécutif de la firme AGC (Artisanal Gold Council) a, d’entrée de jeu, rappelé à l’assistance, les normes internationales relatives à l’usage du Mercure dans l’exploitation artisanale et industrielle de l’Or.
En effet, l’Article 7 de la Convention de Minamata:

  • N’interdit pas l'utilisation du mercure dans le secteur d’exploitation  artisanale de l’Or ;
  • Propose une réduction progressive par des mesures qui favorisent l'adoption des pratiques sans mercure ;
  • Exige la création d'un plan d'action national (PAN) ;
  • Exige la mise en œuvre d’un Plan d'action national (PAN), ligne directrice, qui devra inclure à la fois les actions visant à éliminer les pires pratiques, les mesures pour formaliser le secteur,  la conduite des inventaires du secteur artisanal, une stratégie de santé publique, etc...

Il est donc question de produire de l’Or sans mercure, le livrer sur le marché international de manière transparente et le vendre comme un produit respectueux de l’environnement.

L’Or Artisanal est-il plus ou moins responsable que l'Or industriel?
A cette question, AGC répond que les deux secteurs sont liés et nécessitent une approche holistique. Il a néanmoins relevé quelques forces et faiblesses du secteur artisanal.

En effet, sur le plan environnemental, le secteur artisanal est éco- énergétique (joules / unité d'or), libère moins de gaz à effet de serre (CO2/unité d'or), produit moins de roche stérile et des résidus par unité d’or.

Par contre, l’exploitation artisanale libère beaucoup plus de mercure, favorise la pollution de l’environnement (pollution) et favorise l’usage de la cyanure dans la production de l’Or. Le secteur artisanal souffre d’une absence de structure pouvant entrainer une instabilité sociale ; la présence et le travail des enfants dans les sites miniers constituent un signe d’insécurité.

Au plan socio-économique, le secteur artisanal emploie plus de personnes, emploie plus la main d’œuvre locale, génère des revenus immédiats pour les communautés rurales pauvres, s’intègre facilement dans la structure informelle des Communautés locales.

    

Après tous ces éclaircissements, les participants (Société civile, SAESSCAM, CAMI, Direction des Mines), …ont exprimé diverses préoccupations relatives au coût de la mise en œuvre d’une technologie d’élimination du Mercure dans l’exploitation artisanale de l’Or, ainsi que les modalités de son financement.
Selon Mr Kevin, il s’agit d’une technologie peu couteuse (25.000 USD) qui devra se servir d’une infrastructure déjà existante sur les sites concernés. Elle sera financée par les investisseurs, les propriétaires des sites, ainsi que les orpailleurs eux-mêmes.

Et d’ajouter que cette technique de production de l’Or sans mercure présente plusieurs avantages, notamment la maîtrise de la gestion des poussières et  la réduction de la pénibilité pour un résultat meilleur.
Néanmoins, la notion de la stabilité de la région constitue un élément important pour garantir l’investissement.

Rappelons qu’à l’issue de 15 jours de travail, AGC devra produire les termes de référence qui permettront à PROMINES de recruter un Consultant en vue de concevoir un module expérimental pour une extraction responsable de l’Or, sans recourir à l’usage du Mercure .

Nos activités

Arrêtés ministérielsRapports annuelsContrats miniersStatisques minièresEntreprises minesPartenaires

© PROMINES 2014 |